journée du film mozambicain - 7 novembre 2004         

programme

Actor's studio - 16, Petite rue des Bouchers, 1000 Bruxelles
Entrée : journée : 10 € - séance : 7 €

 

 > nederlandse versie

un regard sur le film mozambicain

les réalisateurs

links

la désobéissance, le regard acéré de L. Azevedo

 

1e séance - 14 h

O Olhar das Estrelas, de João Ribeiro
Le regard des étoiles

Fiction, 1997 - 23’ - Interpretação: João Manja, Tobias Sigaúque, Luís Santos. - sous-titres anglais Orphelin de 12 ans,

Betinho vit dans un quartier populaire de Maputo avec Salomon qu’il considère comme son oncle. Un jour. Betinho, en quête de ses origine, découvre que Salomon détient un secret qui l’empêche de vivre pleinement heureux.

Ce moyen metrage de fiction est un petit chef-d’oeuvre de réalisme, adapté d’une nouvelle de Mia Couto. Le quotidien de la vie suburbaine est évoqué avec une tendresse qui confère aux habitants des faubourgs une dignité qu’un regard misérabiliste aurait oblitérée. La forme extrêmement soignée de la mise en scène confère à ce récit une dimension poétique universelle.

Mãos de barro, de Lícinio Azevedo
Mains d'argile

Document, Mozambique, 2003 – 50’ – Images : Pipas Forjaz, musique : Chico António - distr. Marfilmes

Reinata Sadimba est née en 1945. Issue de l’ethnie Makonde, Reinata pratique depuis son enfance la céramique. Cependant, elle s’écarte délibérément d’une tradition pesante, qui confine son art à l’utilitaire domestique, pour devenir une artiste à part entière qui expose son travail dans de nombreux pays. Ce film accompagne Reinata pendant son voyage sur le lieu de sa naissance, le plateau du Mueda, foyer des Makonde, ces fameux sculpteurs d’ébène.

2e séance : 15 h 30

Desobediência, de Licínio Azevedo
La désobéissance

Long métrage, Mozambique; 2002 - 92’ - couleur - version originale : xitewa; sous-titres français - prod. Ebano multimedia - distr. Marfilmes

Accusée d’avoir causé le suicide de son mari Rosa se voit soupçonnée d’être possédée par l’esprit d’un homme. Pour prouver son innocence Rosa et récupérer ses enfants, elle se soumet aux jugements d’un sorcier-guérisseur et d’un tribunal....

Premier long métrage africain tourné totalement en digital. Ce film nous entraîne au plus profond d’un drame familial. Les faits sont réels et les personnages jouent leur propre rôle autour de deux acteurs. Desobedência est le psychodrame d’une société rurale obscurantiste marquée par la sorcellerie. Le réalisateur n’hésite pas à montrer comment les protagonistes, acteurs de leur propre histoire, résistent à la fiction cinématographique. Ici, le terme cinéma-vérité prend tout son sens. Ce film est plus qu’un documentaire, et plus qu’une fiction, c’est le théâtre d’un processus de conscientisation qui montre toute la potentialité critique d’un cinéma d’intervention.

 

 

 

 

 

uit desobediencia

retour