bandeau amigos de moçambique

s'associer     connaître     voyager     s'informer     agir    

FR - NL - PT

accueil - fr - retour


Une sélection de nos articles

Le Pays

Arts et culture

musique et danse

cinéma

arts plastiques

littérature et théâtre

un artisanat populaire : le pshikelekedana

Sur les marchés et dans les boutiques de curiosités de Maputo, le touriste peut acquérir à bon marché des sculptures en bois blanc, extrait du tronc ou de la racine du mafeira, à la surface noircie au feu, représentant des oiseaux, des figurines folkloriques, des animaux sauvages en un style quelque peu naïf. Cet artisanat se nomme en chagana par « pshikelekedana ». Il constitue un art populaire typique des populations du Sud de Mozambique.

Le bois est taillé au canif ou d’autre instruments (gouve, ciseau) jusqu’à prendre la forme conçue par l’artiste. Ce dernier complète le travail en carbonisant la surface à l’aide d’une barre étroite de fer incandescent, une taille faisant apparaître la couleur claire du bois. Il peint souvent, parfois en rouge, quelque filets, faisceaux ou dessins sur l’oeuvre. L’iconographie du pshikelekedana comprend essentiellement des animaux, hippotames, crocodiles, oiseaux, éléphants, mais les objets sont aussi utilitaires : cuillères, cendriers et plats sont courants.

Le « pshikelekedana » est-il un art à part entière ? La question reste débattue. Les producteurs eux-mêmes, mais aussi plusieurs é tudes sur cette question, penchent pour affirmer qu’il ne s’agit pas d’un art mineur dont l’origine semble assez lointaine, en dépit des adaptations thématiques au marché moderne. L’étymologie du terme « pshikelekedana » nous aide peu : on considère le plus souvent qu’il s’agit d’une forme corrompue du mot « crocodile » en dialecte changana. Mais le crocodile est un thème relativement récent dans l’histoire du pshikelekedana, de sorte qu’il est plausible de supposer qu’il existait une autre désignation avant celle usitée actuellement. En terme de créativité et de perfection artistique, le pshikelekedana semble être en stagnation. Certes, des thèmes nouveaux s’imposent au détriment de les thèmes traditionnels : les producteurs d’appuis-nuque et de pièces traditionnelles sont de plus en plus rares mais les artistes n’ont pas encore su renouveler leur inspiration.

On doit aussi considérer le fait que les artistes, qui doivent faire face au coût élevé de la vie, ont tendance à produire mécaniquement pour alimenter un commerce de rue, mais cet artisanat compte ses maîtres : Ndlate, Mwatihipo, Nwamba, Chipsacha sont âgés. Le pshikelekedana leur donna la possibilité d’échapper à une condition sociale précaire, conditionnée par l’asservissement colonial ou la préoccupation de devoir assurer leur subsistance durant la vieillesse. La création de coopératives, qui permit aussi la structuration d’un enseignement de cet artisanat, permet à la fois d’assurer une transmission du savoir-faire auprès des jeunes génération et le maintien d’une activité artistique et économique appréciable.

un maître artisan du pshikelekedana

Adriano Chapsacha

Adriano Chapsacha naquit dans le faubourg de Ndlavela, à Maputo, officiellement en 1928. Sans doute est-il plus âgé puisqu’en 1986, il affirmait avoir la « certitude d’avoir plus de 70 ans » d’autant plus qu’il apprit le pshikelekedana auprès de son oncle, décédé en 1930. En fait, nombreux étaient les billets d’identité, de l’ère coloniale, portant une date de naissance erronée. Les vieux, lors des recensements coloniaux, avaient tendance à minimiser l’âge de leurs enfants afin qu’ils échappent le plus longtemps possible à l’obligation fiscale: « ils restaient toujours enfants ». Devenu président de la Coopérative d’Artisanat, Andriano Chapsacha bénéficie de son expérience de maîtrise : « je fus aussi maître d’une fabrique d' azulejos et de mosaïques. Même quand je travaillais dans une entreprise grecque, près de Matadouro, j’étais chef, même si le salaire était minime »