bandeau amigos de moçambique

s'associer     connaître     voyager     s'informer     agir    

FR - NL - PT

accueil - fr - retour

Musée Royal d'Afrique Centrale - 10 avril 2005
visite de l'exposition "la mémoire du Congo, le temps colonial", commentée par Edouard Vincke

Edouard Vincke, anthropologue, nous a guidé lors de cette visite. Son expérience du Congo est très grande puisqu'il y naquit et vécu plus de trente ans en Afrique centrale, Congo et Rwanda. Il enseigna à l'Université de Lubumbashi, au Katanga, et a donné cours d'anthropologie visuelle aux universités de Lyon, Montréal et Sao Paulo. Il enseigne actuellement cette discipline à l'IHECS, à Bruxelles. Ses publications nombreuses abordent l'anthropologie de la maladie, la critique de la notion de race, le racisme, l'anthropologie visuelle urbaine, les représentations ethniques dans l'art de masse.

En marge de l'exposition, la Cinémathèque royale de Belgique et le Palais des Beaux Arts propose "Cinéma Congo, un programme cinéma littéraire", ce jeudi 21 avril à 20.00, au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, salle Henry le Bœuf .

Il s'agit d'une alliance entre la littérature et le cinéma documentaire colonial. Puisant dans sla riche collection de films, souvent des courts métrages documentaires, d'actualité, voire des films d'amateur, consacrés au Congo, la cinémathèque et le Palais des Beaux-Arts présente une sélection dans le cadre de Rendez-Vous littéraire. Six écrivains ont choisi chacun un court-métrage et écrit un nouveau texte à partir de celui-ci. Ils présenteront leur contribution pendant et entre les projections. Ces films couvrent la période de 1920-1960 et comportent des documentaires, des reportages, du matériel d'éducation et de propagande.(...) Jef Geeraerts, Kristien Hemmerechts, David Van Reybrouck, Philippe Blasband, Caroline Lamarche et Carl Norac, écrivains, francophones et néerlandophones, ont vécu le Congo et porteront un regard novateur sur ces films naïfs ou largement imprégnés de l'idéologie coloniale.

nos dossiers


nos articles

Le Pays

L'Histoire

Arts et culture

musique et danse

cinéma

arts plastiques

littérature et théâtre

Congo... quelle mémoire ?

autour d'une exposition : "mémoire du Congo, le temps colonial"

pourquoi cette visite ?

"En 1482, les Portugais qui reconnurent l'embouchure du fleuve Congo révélèrent à l'Europe l'existence d'un «royaume de Kongo». Durant des siècles, les Portugais limitèrent leur implantation à la région littorale, en Angola. Les véritables explorations ne débutèrent qu'à la fin du XVIIIe siècle, et c'est seulement dans les années 1870 que les Européens, avec en tête sir Henry Morton Stanley, le premier à avoir parcouru l'ensemble du cours du fleuve Congo, levèrent le voile sur les terrae incognitae du continent noir."

Amis du Mozambique, on peut se demander ce qui motive notre association à organiser cette visite. Le fait est que le Mozambique célèbre cette année le 30e anniversaire de son indépendance, une opportunité, peut être difficile encore à saisir au Mozambique, d'un regard historique distancié.

En Belgique, ce n'est que près de 50 ans après l'indépendance du Congo, que nous apprenons à porter un regard dépassionalisé sur notre histoire coloniale. L'investigation sur les premières étapes de la découverte et de l'exploitation coloniale a progressé et nous nous dégageons peu à peu de la forclusion qui entoure la gestion controversée de ce territoire possédé par Léopold II, plus soucieux de la rentablité des plantations de caoutchouc que du bien-être des Congolais. De même les circonstances de l'assassinat de Patrice Lumumba ont fait l'objet d'enquêtes historiques et d'une commission parlementaire.

Aujourd'hui, l'approche muséale de cette institution, Musée royal de l'Afrique centrale, fondée par ce souverain consacré aux "richesses coloniales" s'écarte désormais du paternalisme colonialiste, et porte un regard plus lucide sur "le temps colonial". Ce qui implique une approche critique des représentations de la présence belge au Congo et des rapports entre colonisateurs et colonisés. Il est primordial en outre de prendre aussi en considération le regard congolais, ce regard à la fois lucide, ironique et souvent moqueur qui se traduit avec verdeur dans l'art populaire.

mémoire coloniale, mémoire d'indépendance :

L'exposition "mémoire du Congo, le temps colonial est l'occasion de percevoir les regards respectifs des peuples congolais et belges. Notre visite sera une interrogation de cette représentation muséale, qui se veut critique et ouvert au regard propre du peuple congolais, du temps colonial dont les traces subsistent encore dans la mémoire collective, tant en Belgique qu'au Congo.

Au-delà de l'historiographie du Congo "belge", il est opportun pour nous d'esquisser une approche comparative des colonialismes européens, dont le colonialisme portugais en Afrique, pour mieux comprendre la dynamique des indépendances. Une question se pose, dont on cherchera peut être la réponse lors de notre visite : la politique coloniale belge et l'indépendance du Congo ont-elle influencé, d'une manière ou de l'autre, l'histoire de l'Afrique "portugaise" ?

Sommaire de notre dossier : >