INFO-MOÇAMBIQUE
Accueil du site > CONNAITRE > Art et culture > Guitares oubliées du Mozambique

Musique

Guitares oubliées du Mozambique

un enregistrement historique

jeudi 10 juin 2010, par Patrice Dx

"Forgotten guitars from Mozambique" (SWP) est un enregistrement réalisé par l’ethnomusicologue Hugh Tracey. Il reprend 21 morceaux représentatifs du style changana et témoigne de l’introduction de la guitare dans la musique africaine.

Notre connaissance de la musique traditionnelle d’Afrique australe doit beaucoup au Sud-africain, Hugh Tracey. Dès les années 1920, il se prit de passion pour la musique africaine. Parcourant avec son épouse l’Afrique du Sud, la Rhodésie du Sud (l’actuelle Zimbabwe), le Congo, le Nyasaland et le Mozambique, il entreprit d’enregistrer, dans des conditions précaires au début, mais perfectionnant rapidement sa technique, les musiciens traditionnels, devenant ainsi un pionnier de l’ethno-musicologie.

En dépit des préjugés racistes ou colonialistes de son temps, il était fermement convaincu de la valeur des musiciens noirs. Loin de tout purisme culturel ou tribalisme, il s’intéressait aussi aux influences modernes sur ces musiciens dont bon nombre avait travaillé dans les mines sud-africaines et importé des sons et des styles nouveaux. Une de ses préoccupations constantes était la survie du patrimoine musical africain, menacé à la fois par l’influence des missions chrétiennes et par la musique commerciale non africaine diffusée par la radio et le cinéma.

Ses enregistrements, réalisés entre 1920 et 1975, parfaitement documentés, ont été conservés et édité par l’International Library of African Music (ILAM), ils sont repris dans une collection de CD édité par Sharp Wood Productions ou SWP un label indépendant créé par Michael Baird

Un de ces disques s’intitule : « Guitares oubliées du Mozambique ». Véritable trésor historique, il compile des documents, chansons et solos de guitare, enregistrés entre 1953 et 1955.

Hugh Tracey rencontra de nombreux guitaristes au Mozambique. La présence de ces instruments découle certainement d’une influence portugaise mais témoignent surtout de l’expérience acquise par les musiciens Changane et Chopi travaillant dans les mines sud-africaines. En fait, dans les régions minières d’Afrique centrale, de la Copperbelt s’etendant de la Zambie au Katanga, la guitare était devenue un symbole de la modernité, il en était de même au Mozambique du Sud, où les musiciens avaient développé un style caractéristique.

On connait peu l’identité de ces guitaristes à la technique remarquable. Les plus célèbres furent Féliciano Muetano Gomes et Tonganyana Aurelio Kowano.

Feliciano M. Gomes avait servi comme cuisinier dans l’armée portugaise, et séjourna à ce titre à Goa et, de retour au Mozambique, il put y vivre sans devoir s’exiler en Afrique du Sud comme tant d’autres mozambicains. On raconte que sa seconde épouse était de la famille de Eduardo Mondlane. Sans être vraiment un virtuose son jeu était efficace et varié.

Tonganyana A. Kowano jouait comme un musicien de jazz, avec une approche audacieuse, et relevait sans cesse des défis improvisant des phrasés surprenants.

Beaucoup de ces productions dénotaient une influence sud-africaine ou rhodésienne, mais la musique reste authentiquement Changane. Cependant d’autre influences se manifestent. Sur le plan harmonique, on note celle des peuples Zoulou, Xhosa et Swati ainsi que des Ngomi de Zambie et du Malawi, qui résultent d’un métissage entre les Zoulou et les Ronga et Tsonga.

Ce brassage ethno-culturel est le terreau de l’émergence d’une nouvelle musique qui allait prendre la forme du célèbre marrabenta. Les chansons abordent des thèmes amoureux ou passionnels, la prostitution et le libertinage, la vie familiale, la jalousie, les soucis quotidiens (le travail, la maladie) mais aussi témoignent d’une vision animiste du monde : animaux ou esprits apparaissent dans ces chansons qui n’ignorent pourtant pas la société de consommation, comme en témoigne « Anavela cocacola mwana mama » (she wants cocacola, this mother’s child)

Notes

Les disques sont disponibles à la Médiathèque de Belgique  :

- Southern Mozambique. Portuguese East Africa. 1943 ‘49 ’54 N° invent. : ML7541
- Forgotten guitars from Mozambique. Portuguese East Africa N° invent : ML7542 un extrait sonore

une présentation du Sharp Wood Production (SWP) , par la Médiathèque de Belgique

Site web de Sharp Wood production - avec possibilité de téléchargement (légal) et d’achat de CD en ligne.

Site web de ILAM (International Library of African Music)

Sur Hugh Tracey : les enregistrements de H. Tracey


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette