INFO-MOÇAMBIQUE
Accueil du site > CONNAITRE > Histoire > 7 septembre - les Accords de Lusaka

les jours fériés nationaux au Mozambique

7 septembre - les Accords de Lusaka

mardi 7 septembre 2010, par Patrice Dx

Ce jour-là en 1975, le Front de libération du Mozambique (FRELIMO) et le gouvernement colonial portugais s’assirent à la table de négociation dans la capitale zambienne, Lusaka, pour signer un mémorendum d’accord visant à mettre un terme à 10 années de guerre coloniale. Ce jour est célébré désormais au Mozambique comme Jour de la Victoire et des Combattants de la lutte de libération nationale.

Ces accords prévoyaient l’indépendance totale du Mozambique qui aura lieu neuf mois plus tard, le 25 juin 1975, date associée à la fondation du Front de libération du Mozambique en 1962.

Les accords de Lusaka sont l’aboutissement de négociations tenues entre le FRELIMO et le second gouvernement provisoire du Portugal, établi après le coup d’état d’avril 1974 mettant en place un gouvernement provisoire où le FRELIMO détiendrait les portefeuilles ministériels des Affaires étrangères et de l’Intérieur, entre autres (1). Dans la table de conversation étaient présents, côté mozambicain, Samora Machel et Joachim Chissano, tandis que Mario Soares représentait le gouvernement colonial Portugais.

Les accords de Lusaka sont le fruit de longues luttes anticoloniales, et principalement de la guerre populaire de libération nationale menée par le FRELIMO. Mais le FRELIMO avait réussi à évincer d’autres mouvements nationalistes, jugées "réactionnaires" et considérées comme des instruments de l’impérialisme pour "détourner l’indépendance nationale de son contenu populaire" et put s’affirmer comme le seul détenteur légitime du pouvoir

De sorte qu’au terme de la période de transition, à l’indépendance du Mozambique, tous les pouvoirs exercés par l’ex-état colonial seraient transmis au seul parti FRELIMO, "avant garde du peuple". Ainsi l’acceptation de toutes les conditions du FRELIMO par l’état portugais garantissait le contenu révolutionnaire de l’indépendance mozambicaine.

Ces dispositions n’allaient cependant pas faire l’unanimité. Ce 7 septembre, dans une ultime manoeuvre, une partie des colons tenta un "coup" pour saboter l’indépendance. Un groupe d’activistes occupa les batiments de la radio (radio club), envahit les bureaux de la poste, et attaqua les journaux et associations indépendantistes. Une caserne fut détruite et plusieurs ex-agent de la police secrète portugaises (la PIDE) détenus depuis le 25 avril 1974, furent libérés.

Rapidement des émeutes éclatèrent aux alentours de la capitale, causant plusieurs centaines de morts. En réaction contre la tentative de coup des ultra-colonialistes, la population des banlieues commença à saccager les commerces tenus par les portugais et par les indiens. Ces événements n’ébranlèrent pas la décision portugaise d’accorder l’indépendance au Mozambique et les pleins pouvoirs au FRELIMO. Conjointement, les troupes portugaises et le FRELIMO mirent fin aux émeutes et rétablirent l’ordre dans le pays.

A Lusaka, le FRELIMO s’engagea dans une politique de non discrimination raciale, selon lequel la qualité de mozambicain n’était pas définie par la couleur de peau mais comme "l’identification volontaire aux aspirations de la nation mozambicaine"

Document : Extraits des accords de Lusaka :

“Reunidas em Lusaka de 5 a 7 de Setembro de 1974, as delegações da Frente de Libertação de Moçambique e do Estado português, com vista ao estabelecimento do acordo conducente à independência de Moçambique, acordaram nos seguintes pontos” :

1. O Estado português, tendo reconhecido o direito do povo de Moçambique à independência, aceita por acordo com a Frente de Libertação de Moçambique a transferência progressiva de poderes que detém sobre o território nos termos a seguir enunciados.

2. A independência completa de Moçambique será solenemente proclamada em 25 de Junho de 1975, dia do aniversário da fundação da Frente de Libertação de Moçambique.

3. Com vista a assegurar a referida transferência de poderes, são criadas

as seguintes estruturas governamentais, que funcionarão durante o período de transição, que se inicia com a assinatura do presente acordo.

a)Um alto-comissário de nomeação do Presidente da República Portuguesa ;

b)Um Governo de Transição nomeado por acordo entre a Frente de Libertação de Moçambique e o Estado português ;

c) Uma Comissão Militar Mista nomeada por acordo entre a Frente de Libertação de Moçambique e o Estado português.

4. Ao alto-comissário, em representação da soberania portuguesa, compete :

- a) Representar o Presidente da República Portuguesa e o Governo português ;
- b) Assegurar a integridade territorial de Moçambique
- c) Promulgar os decretos-lei aprovados pelo Governo de Transição e ratificar os actos que envolvam responsabilidades directas para o Estado português ;
- d) Assegurar o cumprimento dos acordos celebrados entre o Estado português e a Frente de Libertação de Moçambique e o respeito das garantias mutuamente dadas, nomeadamente as consignadas na Declaração Universal dos Direitos do Homem ; e) Dinamizar o processo de descolonização.

5. Ao Governo de Transição caberá promover a transferência progressiva de poderes a todos os níveis e a preparação da independência de Moçambique. Compete-lhe, nomeadamente :

- a) O exercício das funções legislativa e executiva relativas ao território de Moçambique. A função legislativa será exercida por meio de decretos-lei ;

- b) A administração geral do território até à proclamação da independência e a reestruturação dos respectivos quadros

- c) A defesa e salvaguarda da ordem pública e da segurança de pessoas e bens ;

- d) A execução dos acordos celebrados entre a Frente de Libertação de Moçambique e o Estado português ;

- e) A gestão económica e financeira do território, estabelecendo, nomeadamente, as estruturas e os mecanismos de controlo que contribuam para o desenvolvimento de uma economia moçambicana independente ;

- f) A garantia do princípio da não discriminação racial, étnica, religiosa ou com base no sexo.

notes :

(1) le gouvernement de transition prévu par les accords de Lusaka était composé comme suit :

Premier ministre, Joaquim Alberto Chissano, Ministre de l’Administration intérieure, Armando Emílio Guebuza ; Ministre de la Justice, Rui Baltazar dos Santos Alves ; Ministre de la Coordination économique, Mário Fernandes da Graça Machungo ; Ministre de l’Information, José Óscar Monteiro ; Ministre dde l’éducation et de la Culture, Gideon Ndobe ; Ministre du Travail, Mariano de Araújo Matsinha ; Ministre des Communications et transports, Alcântara Santos ; Ministre de la Santé et Affaires sociales, António Paulino ; ministre des Travaux publics et habitations, Eugénio Picolo. Les six premiers furent proposés par la délégations mozambicaine et les trois restants, par la délégation portugaise.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette