INFO-MOÇAMBIQUE
Accueil du site > INFOS > Politique > la Frelimo domine, la Renamo se met hors-jeu, le MDM avance

élections locales de 2013

la Frelimo domine, la Renamo se met hors-jeu, le MDM avance

vendredi 13 décembre 2013, par Patrice Dx

Avancées du Mouvement Démocratique Mozambicain, second parti d’opposition au Mozambique, aux élections municipales de 2013. Le MDM doit sans doute son succès au report des voix accordées habituellement à la Renamo, en raison de la non participation de cette formation politique au scrutin. Cependant, il marque aussi l’affaiblissement de la Frelimo dont la légitimité historique (comme artisan de l’indépendance du Mozambique) s’érode progressivement.

Les élections locales, dites « autarciques » de 2013 au Mozambique furent marquées par le conflit entre la Renamo et la Frelimo à propos de la composition de la Commission natiuonale Electorale (CNE). La Renamo revendiquait une représentation équilibrée, selon elle, des formations politiques au sein de cette institution. Le Mouvement democratique Mozambicain (MDM) s’était allié au Frelimo pour voter une réforme de la composition du CNE où les partis seraient représentés proportionnellement à leur importance. La Renamo réclamait une représentation partitaire : Frelimo-Renamo-MDM. Face à l’échec de sa tentative, la Renamo menaça de saboter les élections et même de retourner à la guerre civile, considérant les accords de paix de 1992 comme caduques. Quelques affrontements et attaques eurent lieu ces derniers mois. Cependant la campagne électorale se déroula relativement paisiblement, sans la participation de la Renamo

Comme il fallait s’y attendre, les résultats électoraux donnent une large majorité de localités à la Frelimo, mais le MDM élargit son audience. Bien implanté à Beira, ce nouveau mouvement, issu d’une dissidence de la Renamo, gagne Quelimane. Dans les deux villes les élus, Daviz Simango e Manuel de Araújo, obtiennent 70 % des voix. Dans d’autres localités, Gurué, Chimoio, Morremeu, Milange, Mocuba, le MDM échoue de très peu, l’écart entre le Frelimo et le MDM s’élevant parfois à quelques dizaines de voix : 63 voix sur 12700 ) Gurué, et 61 voix sur 8400 à Milange. Autant dire que l’issue électorale peut être remise en cause par l’invalidation de votes irréguliers

En raison de l’absence de la Renamo, la Frelimo gagne 46 autres municipalités, dont Nacala (une ville portuaire importante) l’Ile de Moçambique et Angoche. A Maputo, le MDM devient le principal parti d’opposition avec 41% des voix et 43 % à Corongosa, un des fiefs de la Renamo.

A Nampula, les élections municipales du 20 novembre furent annulées et le scrutin reporté au 1er décembre, en raison d’irrégularités constatées par le CNE. Le premier décembre, la participation fut très faible, avec un avantage cependant au MDM

Sans contester les résultats électoraux à Maputo, le MDM a déposé une plainte formelle au CNE parce que des délégués du MDM furent empêchés de superviser le dépouillement dans certains bureaux de vote. En outre quatre délégués furent arrêtés le jour du vote et détenus pendant trois jours sans accusation, sous le prétexte que leurs lettres de créance étaient falsifiées.

La principale caractéristique de ces élections est le hors-jeu de la Renamo, dont on pouvait craindre le retour à une guerrila larvée. La population a cependant résisté aux menaces de la Renamo en participant, dans le calme, à ce scrutin qui, en plusieurs endroits cependant, reste localement entaché d’irrégularités qui n’invalident pas cependant les tendances globales. Le MDM progresse lentement, profitant sans doute de la défection de la Renamo et en dépit de la prédominance quasi générale de la Frelimo.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette