INFO-MOÇAMBIQUE
Accueil du site > CONNAITRE > Art et culture > Panaibra Gabriel Canda et la danse contemporaine au Mozambique

Panaibra Gabriel Canda et la danse contemporaine au Mozambique

un spectacle au théâtre 140

lundi 27 juin 2016, par Patrice Dx

Panaibra Gabriel Canda est un des grands précurseurs de la danse contemporaine au Mozambique. S’il découvrit les arts de la scène avec le théâtre, il s’orienta dès 1993 vers la chorégraphie, auquel il donne un langage novateur sans pour autant renier l’enracinement culturel mozambicain.

C’est à Lisbonne qu’il découvre la danse contemporaine et très rapidement, il crée sa propre compagnie de danse – Culturarte – et commence, à travers des partenariats internationaux, à organiser des workshops de danse contemporaine au Mozambique. Le séminaire sur le thème « Comment enseigner / impulser la danse contemporaine dans un contexte africain ? » suscite la création d’un programme de développement pédagogique : six mois de cours et ateliers de danse, en partenariat avec « Danças na Cidade » (Lisbonne) et P.A.R.T.S (Bruxelles). La même année, en 2003, il intégre des jeunes handicapés dans une oeuvre chorégraphique évoquant les séquelles de l’apartheid sud-africain et de la guerre civile mozambicaine. En 2005 Il impulse la première plateforme de danse contemporaine au Mozambique à travers la biennale « Kinani ». En 2010, il produit "Time and Spaces : The Marrabenta Solo". Une interrogation magistrale du mixage culturel qui caractérise la musique populaire mozambicaine.

Avec (Un)official langage c’est l’importation de la langue portugaise au Mozambique est se trouve en cause. Le Mozambique est une nation pluriethnique, plusieurs dizaines de langues nationales et de dialectes y sont pratiqués. Le Portugais, langue du colonisateur, langue du pouvoir, fut adopté par le nouvel état indépendant, comme facteur d’unité nationale. Mais le Mozambicain vit quotidiennement une dualité entre une langue maternelle et la langue officielle et cette dualité n’est pas sans influencer sa vision du monde. Le spectacle met en scène deux danseurs, une chanteuse et un musicien qui explorent les processus d’uniformisation et de créolisation linguistiques et tentent de faire ressurgir par le corps ce que l’esprit a oublié.

Panaibra Gabriel Canda est un des grands précurseurs de la danse contemporaine au Mozambique. S’il découvrit les arts de la scène avec le théâtre, il s’orienta dès 1993 vers la chorégraphie, auquel il donne un langage novateur sans pour autant renier l’enracinement culturel mozambicain. C’est à Lisbonne qu’il découvre la danse contemporaine et très rapidement, il crée sa propre compagnie de danse – Culturarte – et commence, à travers des partenariats internationaux, à organiser des workshops de danse contemporaine au Mozambique. Le séminaire sur le thème « Comment enseigner / impulser la danse contemporaine dans un contexte africain ? » suscite la création d’un programme de développement pédagogique : six mois de cours et ateliers de danse, en partenariat avec « Danças na Cidade » (Lisbonne) et P.A.R.T.S (Bruxelles). La même année, en 2003, il intégre des jeunes handicapés dans une oeuvre chorégraphique évoquant les séquelles de l’apartheid sud-africain et de la guerre civile mozambicaine. En 2005 Il impulse la première plateforme de danse contemporaine au Mozambique à travers la biennale « Kinani ». En 2010, il produit "Time and Spaces : The Marrabenta Solo". Une interrogation magistrale du mixage culturel qui caractérise la musique populaire mozambicaine.

Avec (Un)official langage c’est l’importation de la langue portugaise au Mozambique est se trouve en cause. Le Mozambique est une nation pluriethnique, plusieurs dizaines de langues nationales et de dialectes y sont pratiqués. Le Portugais, langue du colonisateur, langue du pouvoir, fut adopté par le nouvel état indépendant, comme facteur d’unité nationale. Mais le Mozambicain vit quotidiennement une dualité entre une langue maternelle et la langue officielle et cette dualité n’est pas sans influencer sa vision du monde. Le spectacle met en scène deux danseurs, une chanteuse et un musicien qui explorent les processus d’uniformisation et de créolisation linguistiques et tentent de faire ressurgir par le corps ce que l’esprit a oublié.

Les représentations de (Un) Official langage eurent lieu, au théâtre 140, dans le cadre du KunstenFestivaldesArts et a organisé une rencontre avec les artistes après la représentation du 16/05.

Ce fut l’occasion pour tous les Amis du Mozambique, à rencontrer le danseur Panaibra Gabriel Canda et les artistes Leia Mabasso (danse), Maria João (chant) & João Farinha (musique) qui l’accompagnent.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette