INFO-MOÇAMBIQUE

Accueil > INFOS > Politique > Armando Guebuza, candidat à la présidence du Mozambique ?

Armando Guebuza, candidat à la présidence du Mozambique ?

lundi 10 juin 2002, par Patrice Dx

A la suite de remaniement des organes dirigeants du Frelimo, il apparaît que Armando Guebuza pourrait fort bien être désigné par le parti comme le candidat à la succession de Joaquim Chissano.

L’actuel dirigeant du groupe parlementaire Frelimo, Armando Guebuza, fut élu, par le comité central, à une très forte majorité comme secrétaire général du parti. Or cette fonction n’implique pas seulement la gestion du fonctionnement ordinaire du parti, mais aussi que le détenteur de ce poste soit désigné par le parti comme candidat aux élections présidentielles programmée pour 2004.

Il faut toutefois remarquer que si l’actuel président Joaquim Chissano ne se représente plus aux élections, il gardera son poste de président du parti, de sorte que, pour la première fois, les deux fonctions, celui de chef d’Etat et celui de chef de parti, seront assumées par des personnes différentes.

Armando Guebuza fut élu au sein d’une liste concoctée par les quinze membres de la Commission politique, liste qui comprenait notamment les noms du président du parlement mozambicain, Eduardo Mulembue, (qui s’est désisté par la suite, pour des raisons personnelles), de celui du ministre de l’agriculture, Helder Muteia ou des gouverneurs des provinces de Cabo Delgado ou de Zambezia. Les 156 membres présents du Comité central ont désigné Guebuza par 109 voix (sur 150 votes valides) contre 18 en faveur de Muteia, second de la liste.

C’est dire la popularité, au sein du parti, de celui qui fut, depuis 1968, un des leaders les plus en vue du parti et fut, sous la présidence de Samora Machel, ministre de l’intérieur. Cependant, sa personnalité n’échappe pas à toute critique : il fut responsable, en tant que ministre de l’intérieur, de la très controversée « opération production », opération menée vers 1980 en vue d’éloigner des zones urbaines les sans-emploi et de les intégrer dans la production paysanne. Des milliers de personnes furent déportées d’autorité en plein hiver dans les provinces du Nord sans autre bagage, pratiquement, que les vêtements qu’ils portaient sur eux, et sans recevoir aucun appui logistique pour mener à bien leur insertion dans la production agricole.

A la suite de la mort de Samora Machel en 1986, Guebuza dirigea la commission d’enquête chargée d’élucider les causes de l’accident aérien, qui coûta la vie du président et de 34 autres personnes. L’enquête ne put être menée à bien en raison du refus de coopérer du gouvernement sud-africain (l’Afrique du sud était alors sous le régime d’apartheid) qui fut suspecté d’avoir délibérément provoqué des interférences radios afin de détourner l’avion présidentiel de son couloir aérien, causant ainsi l’accident fatal.

Sous le premier gouvernement de Chissano, Guebuza devint ministre des transports, mais son rôle historique fut de conduire, à la tête de la délégation gouvernementale, les négociations avec la Renamo, aboutissant aux accords de paix de 1992. Il dirigea en outre la délégation gouvernementale au sein de la commission onusienne de surveillance et de contrôle de l’application des accords de paix et de la préparation des premières élections démocratiques en 1994.

La désignation de Guebuza au poste de Secrétaire général doit cependant être confirmée par le 8e congrès du Frelimo qui commence mardi prochain. Le Congrès, la plus haute instance dans le parti, reste libre de rejeter toute proposition du comité central. Cependant, l’opinion du Comité central bénéficie d’un poids considérable, ce qui permet au porte-parole Cherinda, d’affirmer que « dès maintenant, nous pensons que ce sera Guebuza qui se présentera aux présidentielles de 2004 », mais il admit cependant la possibilité d’autres scénarios politiques qui pourrait forcer le Frelimo à changer d’avis.


Source : Mozambique News Agency - 10 juin 2002