INFO-MOÇAMBIQUE

Accueil > AGIR > une lettre ouverte au président Bush, par Mia Couto

une lettre ouverte au président Bush, par Mia Couto

samedi 29 mars 2003, par Patrice Dx

"je suis un écrivain d’un pays pauvre, un pays qui était déjà dans votre liste noire. Des millions de Mozambicains ignoraient le mal que nous vous avions fait. Nous étions petits et pauvres, quelle menace pouvions nous constituer ? Notre arme de destruction massive qui était, finalement, dirigée contre nous était la faim et la misère."

Ainsi commence la lettre adressée par l’écrivain mozambicain Mia Couto au président Bush.

Dans ce texte puissant, Mia Couto cible juste : il rappelle à l’Etat le plus puissant du monde ses incohérences dans sa pretention à sauvegarder la "liberté et la démocratie" dans le monde. Il énumère en premier lieu les coups d’Etats, les renversements de régimes démocratiques, les bombardements et les agrressions dont les USA se rendirent, depuis la fin de la 2e guerre mondiale (1939-1945) contre les pays du tiers-monde tandis qu’il y a peu encore, ceux qui sont aujourd’hui appelés "terroristes" faisaient, de la part des USA, l’objet de la plus grande sollicitude.

Il rappelle ensuite comment l’embargo imposé à l’Irak a détruit les forces vives de cette nation, à affamé le peuple et à acculé les victimes mêmes de la dictature husseinienne à la misère.

Contrairement à la propagande des médias américains, la guerre à d’autres objectifs que le rétablissement de la démocratie, rappelle-t-il. Citant l’évêque américain Robert Bowan, il souligne que si le monde hait les Etats-Unis, ce n’est pas par haine de la démocratie mais bien parce que le gouvernement américain "défendit la dictature, l’esclavage et l’exploitation humaine", niant au peuples du tiers-monde ce droit à la démocratie dont les USA se prévalent tant.

En conclusion, Mia Couto écrit :

"A nous, petites nations de ce monde, il ne nous passe pas par la tête d’exiger votre démission à cause de l’appui accordé par vos différentes administrations aux successives dictatures. La plus grande menace qui pèse sur l’Amérique n’est pas l’armement d’autrui. C’est l’univers de mensonge qui fut créé autour de vos propres citoyens.

Le péril n’est pas le régime de Saddam, ni même un autre régime. mais le sentiment de supériorité qui parait animer votre gouvernement. Son ennemi principal n’est pas extérieur, il est intérieur aux USA. Cette guerre ne pourrait seulement être vaincue que par les propres américains. J’aimerais pouvoir fêter la déroute de Saddam Hussein et le fêter avec tous les Américains. Mais sans hypocrisie, sans cette argumentation et manières d’attardés mentaux, parce que nous, cher président Bush, peuples des petits pays, nous avons une arme de construction massive : la capacité de penser."

Nous mettons à votre disposition ce texte dans sa version originale. portugaise.


- Ce texte est disponible à :
miacoutocartabush.pdf
(texte en portugais, format pdf, lisible avec Acrobat reader)

- Biographie de Mia Couto : site web de Mia Couto

Messages