INFO-MOÇAMBIQUE

Accueil > AGIR > apaiser la douleur

apaiser la douleur

samedi 2 août 2003, par Patrice Dx

L’amputation d’une jambe, consécutive à un accident sur une mine ou à une blessure de guerre, occasionne souvent d’atroces douleurs rémanentes. Il en est de même pour les brûlures graves, le cancer, le sida ou autres maladies chroniques qui causent d’insupportables souffrances. La médecine peut traiter spécifiquement ces douleurs, mais ces soins demandent une formation spécifique et une infrastructure dont les pays du tiers monde sont démunis.

L’ong française "douleur sans frontière" (DSF) a décidé de s’attaquer au problème. Ses objectifs, favoriser dans les pays pauvres l’accès aux soins antidouleurs des patients démunis. Elle agit entre autre au Mozambique.

"Douleurs sans frontière" agit en divers pays du monde, au Cambodge d’abord, au Laos, en Angola, au Sénégal mais aussi au Mozambique. Son action privilégie les programmes de formation et aboutit souvent à la constitution d’un programme d’enseignement de la détection et du traitement de la douleur dans les facultés de médecine. Objectif : créer et faire reconnaître une véritable "unité de la douleur" s’intégrant dans le cursus universitaire des étudiants en médecine locaux. Il ne s’agit pas seulement de douleurs des amputés, mais aussi des douleurs du cancer, du SIDA, des douleurs postopératoires, etc.

Reconnue comme ong au Mozambique depuis 1996, Douleur sans frontrière a organisé un programme de formation à la faculté de médecine de l’Université Eduardo Mondlane. Des séminaires ont été donnés par des professeurs d’universités françaises ou brésiliennes de compétences reconnues au plus haut niveau. Suivi de manière assidue et conclusive par une vingtaine de professeurs, l’enseignement a été sanctionné par un examen et un diplôme décerné par la faculté de médecine de Maputo. En outre, DSF a organisé des conférences destinées à un large public sur la douleur tant sur ses aspects médicaux que éthiques et culturels. L’action de cette ong a permis l’ouverture d’une consultation "douleur" à l’hôpital central de Maputo et de constituer une unité de formation et de recherche à l’université Eduardo Mondlane.

En outre, l’ong développe une action d’appui aux enfants en situation difficile dans la région de Chokwe. En 2002, elle développe dans les Villages de Lionde, Conhane, Nwachicoluane, Massavasse et Muianga du district de Chokwe, province de Gaza, Mozambique, un programme de prévention de l’épidémie de HIV/SIDA, en renforçant la mobilisation communautaire, la promotion de l’usage et de la distribution gratuite des préservatifs ainsi que la promotion de leur vente. A cette fin, elle mobilise spécialement les jeunes et les accompagne aux services de santé.

La prévention est ciblée aussi sur les prostitué-e-s, des chauffeurs routiers, et sur les femmes, visant à renforcer leur pouvoir de négociation/décision dans les rapports sexuels. D’autre part, le renforcement de l’appui aux orphelins de parents morts du sida permet de réduire l’impact humain de cette épidémie. Le programme est soutenu et financé par le gouvernement mozambicain mais la réalisation est confiée à DSF

Un programme de prise en charge des symptômes et contrôle de la douleur chez les patients atteints de HIV / sida est en cours depuis 2001. Il prendra fin en octobre 2004. Il a pour objectif d’améliorer le confort, l’autonomie et la qualité de vie des patients atteints de pathologies chroniques telles que SIDA ou cancer, tout en maîtrisant les coûts des soins afin qu’ils soient à terme économiquement supportables pour le Mozambique. Il s’agit aussi de développer ou de renforcer, à Maputo et ailleurs, des unités de soins palliatifs capable de prendre en charge des patients cancéreux ou atteints du sida.

Seule organisation non gouvernementale à prendre en charge la souffrance physique, l’association Douleurs sans frontières (DSF) lance un appel à la générosité du public français. Les dons recueillis au cours de cette campagne lui permettront de financer de nouvelles actions sur le terrain dans une dizaine de pays. Outre la poursuite des actions au Mozambique, DSF compte intervenir au Congo-Kinshasa, au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire.
La campagne d’appel au dons actuellement menée permettra notamment à l’ONG de financer l’agrandissement du Centre de soins palliatifs de Phnom Penh au Cambodge (540.000 euros), la mise en place d’un hôpital de jour médico-psychologique à Gyumri en Arménie (639.000 euros), un Centre des brûlés en Angola (247.140 euros), ainsi que des programmes universitaires à Kinshasa et à Luanda (360.000 euros).


site web :
http://www.douleurs-sans-frontieres.org/

Messages