INFO-MOÇAMBIQUE

Accueil > AGIR > le Comité Afrique australe en deuil

le Comité Afrique australe en deuil

dimanche 5 février 2006, par Patrice Dx

La lutte pour l’indépendance du Mozambique a pu compter sur l’appui politique, dans des conditions historiques difficiles, de multiples organisations de solidarité en Europe. En Belgique, le Comité Afrique Australe s’était constitué (sous le nom de "Comité contre le colonialisme et l’apartheid") pour appuyer la lutte pour l’abolition du régime d’apartheid en Afrique du Sud, et pour la décolonisation des pays voisins, dont le Mozambique. Cette association amie vient de nous faire part du décès, le 16 janvier, d’un de ses fondateurs.

Jean GODIN a été l’un des membres fondateurs, au début de 1969, du "Comité contre le colonialisme et l’apartheid " dont l’objectif principal a toujours été l’appui aux peuples en lutte contre la domination coloniale du Portugal et contre celle des régimes minoritaires racistes d’Afrique du Sud, de Namibie et de Rhodésie du Sud, le soutien à leur Mouvement de libération nationale, MPLA, PAIGC, FRELIMO, ANC, SWAPO, ZAPU/FRONT Patriotique et la solidarité avec les Etats de la Ligne de Front, cibles de la politique de déstabilisation et d’agression de l’Afrique du SUD en particulier l’ANGOLA et le MOZAMBIQUE.

Il avait déjà, au moment de la fondation du Comité, une grande expérience de la solidarité internationale pour avoir été le Secrétaire du "Comité Algérie" et le Secrétaire du "Comité Vietnam" dont le Président était alors Henri ROLIN, il faisait aussi partie d’un petit nombre de personnalités progressistes en Belgique et en France qui avaient été engagées depuis la fin des années 50 dans diverses formes de soutien notamment à l’ANC et au MPLA.

Le Comité contre le Colonialisme et l’Apartheid put compter, dès sa fondation, sur sa collaboration sans faille. Trésorier et Secrétaire efficace et scrupuleux du Comité, son rôle fut essentiel dans la mise en oeuvre concrète de la solidarité entre les progressistes belges et les peuples en lutte pour leur dignité et leur autodétermination.

Il est décédé à l’âge de 83 ans, conscient certainement du sens de sa solidarité avec les peuples coloniaux en lutte pour recouvrer leur dignité, leur droit à la liberté et à l’indépendance. Discret, voire effacé, il en avait incontestablement le droit d’en être fier.