INFO-MOÇAMBIQUE

Accueil > INFOS > Economique > l’Archipel de Bazaruto est-il menacé ?

environnement

l’Archipel de Bazaruto est-il menacé ?

un projet de recherche pétrolière inquiète

mercredi 21 juin 2006, par Patrice Dx

Un projet d’exploration des ressources en gaz naturel et pétrole à proximité de l’archipel de Bazaruto inquiète le secteur touristique et les environnementalistes.

En accord avec le gouvernement du Mozambique qui cherche à développer l’industrie pétriolière offshore, une concession d’exploration et de production fut signée avec le Sasol petroleum Sofala ltd (SASOL) et l’Entreprise nationale des Hydrocarbures, EP (ENH). Cet accord prévoit le droit d’explorer des zones - les blocs 16 et 19 - situées à proximité immédiate de la réserve naturelle de Bazaruto. ( voir la carte ) La prospection implique des tests sismiques - prévus de août à novembre 2006 - destinées à déceler la présence de réserves d’hydrocarbures dans le sous-sol marin. Ces tests, qui utilisent des canons à air comprimé destinés à générer des infrasons dirigés vers le fond marin, ne sont pas sans effets - acoustique et onde de choc - sur la faune marine sans nécessairement être destructeurs à long terme.

SASOL a mené des études d’impact environnemental et consulté à cet effet l’Environmental Ressources management Southern Africa (ERM), société qui a fourni un rapport détaillé sur les conséquences environnementales prévisibles. A la suite des premiers rapports, SASOL s’est engagée à suspendre les tests sismiques et les sondages dans les zones peu profondes, le temps de mener une étude plus exhaustive sur l’impact de ces essais sur l’écologie des Dugongs, mammifères marins protégés dont la présence est significative dans l’archipel de Bazaruto. Si l’impact écologique des tests sismiques s’avérait négatif, des sondages par forage pourraient être effectués à la place, mais ces derniers impliquent l’installation de plateformes de sondage qui posent d’autres problèmes environnementaux.

Dans la mesure où une zone de sécurité devrait être établie durant les essais sismiques, la prospection affecte les activités humaines dont la pêche traditionnelle ou de loisir. La plongée sportive et la navigation de plaisance seraient aussi affectées. L’impact est limité dans le temps, à moins que la région fasse l’objet d’une exploitation intensive en cas de découverte d’hydrocarbures.

Diverses alternatives sont discutées dans le rapport final de ERM. Le renoncement à poursuivre la prospection à proximité de Bazaruto aurait évidemment un effet positif dit le rapport : statu quo pour les pêcheurs, maintien de la confiance des investisseurs touristiques, préservation de l’environnement. Par contre SASOL risquerait de perdre l’opportunité de découvrir des ressources dont l’exploitation contribuerait au développement économique du pays, à l’apport de devises et de revenus pour l’Etat, le développement du commerce extérieur et la création d’emplois. Le Mozambique se trouve donc devant le problème classique des pays en développement, trouver un modèle économique capable de concilier protection de l’environnement et croissance économique.

"In terms of Mozambique being a developing nation, the option of developing
both the tourism and oil and gas sector in the area, so as to promote
sustainable development, should be explored. Sustainable development in this
context would depend on an understanding of the necessary trade-offs in
various economic sectors to ensure that the development of one sector does
not significantly compromise the development of other important sectors.
"

Il apparaît que tant l’Etat que les prospecteurs sont parfaitement conscients des enjeux environnementaux mais aussi économiques, car le développement d’une industrie pétrochimique et l’exploitation de ce potentiel énergétique est en effet un enjeu stratégique dans un contexte où le prix des hydrocarbures et de l’énergie tend à monter.

En fait, SASOL Sofala, qui appartient totalement au groupe sud-africain SASOL, est l’opérateur du projet et récupérera 85 % des bénéfices éventuels tandis que l’entreprise nationale mozambicaine des hydrocarbures ENH (du secteur étatique mozambicain) est intéressé à raison de 15 % restant. Le gaz éventuellement produit sera distribué sur le marché mozambicain mais aussi (et surtout sans doute) sud-africain.

La politique gouvernementale adoptée est de favoriser la prospection des ressources gazières offshore. Cependant, les projets font l’objet de concertation avec les autorités locales, les acteurs économiques et la population. C’est dans le cadre de cette concertation que le secteur touristique de Vilankulos manifeste, dans un site web et par mail, leur opposition au projet de prospection.

Les adversaires du projet s’inquiètent des conséquences des tests sismiques sur la vie soumarine (1), sans compter que ces tests présentent un danger pour les plongeurs. Dans la mesure où les concessions sont à proximité immédiate de la réserve, la faune de cette réserve peut être menacée par les conséquences environnementales des travaux de prospection.

Les forages offshores ne sont pas sans risques, notamment de pollution accidentelle par hydrocarbure, et constatant que des accidents industriels ont déjà eu lieu chez SASOL, ils estiment qu’un accident dans la région serait catastrophique pour la réserve de Bazaruto. Ainsi ils demandent que le gouvernement mène à terme l’étude stratégique environnementale de la région qu’il avait promis (Strategic Environmental Assessment) avant de prendre en considération les rapports présentés par l’ERM et SASOL. Pour les opposants au projet, une zone tampon de 50 km est indispensable pour assurer une protection adéquate des bancs de coraux et de la faune de la réserve de Bazaruto.

L’argumentation se développe aussi sur le terrain juridique puisque les termes de la concession d’exploration et de production accordée à SASOL seraient en contradiction avec la législation mozambicaine sur l’environnement, ainsi qu’avec le plan gouvernemental de développement du tourisme.

(1) Cependant le rapport de l’ERM est plutôt rassurant : "Industrial seismic surveys have been in operation worldwide for decades, with relatively few reports of obvious harm to sea life. In general, regulatory agencies and airgun operators
proceed under the assumption that fish and whales will move away from airguns, and thus will avoid direct physiological harm.
"


- Rapport de l’ERM : en anglais et portugais, nombreux documents (format pdf) détaillant les techniques de prospection et leur conséquences environnementales.

- Exploration Block : site web des opposants au projet (en anglais)

- Dugong conservation strategy" : document concernant la protection du Dugong en Océan Indien. Un chapitre est consacré à l’archipel de Bazaruto et sa population du Dugong.

- 
Underwater noise : Death knell of our oceans ?
 : une étude de "Terra nature", association de protection environnementale, sur l’impact de la pollution sonore sur la faune sous-marine.

- Site web du SASOL