INFO-MOÇAMBIQUE

Accueil > INFOS > Prévision d’une croissance soutenue en 2003

Prévision d’une croissance soutenue en 2003

jeudi 3 avril 2003

Le Mozambique connaît ces derniers temps une phase de mutation rapide, particulièrement dynamique sur le plan économique et, pour la seconde année consécutive, il devrait enregistrer en 2003 un taux de croissance à deux chiffres.

Selon le Ministre des Finances mozambicain, Mme Luisa Diogo, le Mozambique, bien que l’un des pays les plus pauvres du monde, a enregistré au cours du premier semestre 2002 un taux de croissance de l’ordre de 10 % et tout indique qu’il pourrait continuer sur le chemin de la croissance économique. le Mozambique avait déjà d’ailleurs atteint ce taux avoisinant les 10 % à la fin des années 90 avant les terribles inondations des années 2000 et 2001. Cette catastrophe avait fait chuter la croissance à 2,1 %.

Grâce à la mobilisation de la communauté internationale pour la reconstruction des régions dévastées et l’amélioration du sort des populations locales, grâce également aux efforts et à la politique volontariste du gouvernement mozambicain en vue de susciter l’intérêt des investisseurs étrangers, la situation économique s’est fortement redressée. Ces mesures incitatives comportaient un programme de réformes judiciaires et administratives, des privatisations, des garanties offertes aux investisseurs étrangers, la création d’un centre de promotions des investissements, un nouveau code fiscal exemptant de taxe l’importation des biens d’équipement, etc.

La monnaie nationale, le Metical, se tient bien face au dollar et la hausse prévue des exportations permet d’entrevoir une situation économique tout à fait favorable.

Les exportations d’aluminium, de crevettes, de noix de caju, de sucre, de thé, de coton et de bauxite doivent s’accroître. Par ailleurs, si la construction de la première phase de l’usine d’aluminium MOZAL a permis de doubler le chiffre des exportation mozambicaines, un deuxième projet d’enverrgure est actuellement en cours de réalisation : il consiste dans la construction d’un gazoduc de 900 km permettant d’alimenter l’Afrique du Sud en gaz mozambicain.

A souligner aussi l’aide publique internationale au développement dont bénéficie le Mozambique qui va permettre de financer un grand nombre de projets importants, dont le lancement d’un nouveau programme routier (2002/2011) évalué à $1,7 md dont $700 mns pour la période 2002/2005.

Sur le plan de la dette extérieure, elle serait passée en 2002 de 5,6 milliards à 761 millions de dollars grâce à l’action du gouvernement et surtout au soutien quasi continu depuis 1987 du FMI qui a permis au Mozambique d’en obtenir plusieurs allègements.

De gros efforts restent cependant à accomplir et la première priorité de la stratégie gouvernementale reste la réduction de la pauvreté car le Mozambique figure encore, en 2001, parmi les pays les plus pauvres du monde avec un PIB par tête de 200 US$.